Démystifier les mythes entourant l’automutilation

automutilationL’automutilation non suicidaire est l’endommagement délibéré de tissus corporels sans intention suicidaire consciente. C’est plus spécifique que l’automutilation, un terme plus large qui peut aussi inclure les tentatives de suicide.

L’automutilation est raisonnablement courante, surtout chez les jeunes. Dans les échantillons communautaires, 17 % des adolescents et 13 % des jeunes adultes s’étaient automutilés.

La blessure des elfes est associée à une détresse psychologique sous-jacente et à un risque accru de suicide. Les personnes qui s’automutilent le font généralement pour faire face à des émotions intenses.

Bien que nous continuions de mieux comprendre ce qu’est l’automutilation, les gens qui s’automutilent continuent de faire l’objet d’une stigmatisation publique importante. Cette stigmatisation peut rendre les personnes qui s’automutilent réticentes à demander de l’aide ou à révéler leurs expériences aux autres. La recherche montre que seulement la moitié des personnes qui consultent déjà un thérapeute pour des problèmes de santé mentale en parleront même à leur thérapeute.

Une façon de combattre la stigmatisation et d’appuyer la divulgation et la recherche d’aide consiste à démystifier les mythes et les idées fausses courants qui entourent l’automutilation.

Mythe 1 : seules les adolescentes s’automutilent.

L’automutilation est souvent considérée comme une « mode adolescente », et particulièrement répandue chez les adolescentes. C’est l’automutilation véritable qui commence habituellement à l’adolescence, mais les gens de tous âges et de tous les sexes s’automutilation. Des recherches récentes montrent que le deuxième moment le plus fréquent pour commencer l’automutilation se situe au début de la vingtaine.

Par conséquent, l’automutilation est courante chez les étudiants universitaires; jusqu’à un étudiant sur cinq déclare s’être déjà automutilé, et environ 8 % s’automutilation pour la première fois à l’université.

Bien qu’un plus grand nombre de femmes dans les établissements de traitement déclarent s’automutiler, il est probable que dans les milieux communautaires, l’automutilation est aussi courante chez les hommes que chez les femmes. Cela peut s’expliquer par le fait que les femmes sont plus susceptibles que les hommes de demander de l’aide.

Mythe 2 : les personnes qui s’automutilent cherchent à attirer l’attention.

L’un des mythes les plus répandus au sujet de l’automutilation est que les gens s’automutilent pour attirer l’attention. Pourtant, l’automutilation est habituellement un comportement très secret, et les gens se donnent beaucoup de mal pour cacher leur automutilation. Au lieu de cela, dans la majorité des recherches, les gens rapportent que la principale raison pour laquelle ils s’automutilent est de faire face à des émotions intenses ou non désirées.

D’autres raisons courantes pour lesquelles les gens s’automutilent sont de se punir ou d’arrêter un cycle de pensées et de sentiments douloureux qui ne cesse de s’intensifier. Les gens peuvent s’automutiler pour communiquer à quel point ils sont angoissés, surtout s’ils ont de la difficulté à exprimer verbalement leurs sentiments. En d’autres termes, leur automutilation est un appel à l’aide. Une étude récente a révélé que le fait d’influencer et de punir les autres était la raison la moins probable de l’automutilation.

Mythe 3 : les personnes qui s’automutilent sont suicidaires.

Par définition, l’automutilation non suicidaire n’est pas motivée par le désir de mettre fin à la vie. En plus de remplir une fonction différente, la fréquence des comportements suicidaires et non suicidaires diffère. Autrement dit, les tentatives de suicide sont généralement peu fréquentes, alors que les comportements non suicidaires peuvent être plus fréquents.

Les méthodes utilisées, les résultats des comportements et les réponses thérapeutiques appropriées diffèrent également. Les personnes qui risquent de se suicider peuvent avoir besoin d’une intervention immédiate et plus intensive, même si l’automutilation non suicidaire et le comportement suicidaire doivent être pris au sérieux et traités avec compassion. Pour ces raisons, il est important d’être clair lorsque nous parlons d’automutilation et lorsque nous parlons de pensées ou de comportements suicidaires.

Mythe 4 : il y a une épidémie d’automutilation.

Bien que de nombreuses personnes signalent au moins un cas d’automutilation, moins de personnes se livrent à des épisodes répétés. De plus, il y a peu de preuves que les taux d’automutilation ont augmentées au cours des dernières années. Les dossiers des hôpitaux indiquent une augmentation des cas d'”automutilation délibérée”, mais il s’agit surtout d’empoisonnements et non d’automutilation.

D’autres études montrent qu’un plus grand nombre de personnes déclarent s’automutiler, mais il n’est pas clair si c’est parce que les gens sont plus à l’aise de divulguer leur automutilation ou parce que l’automutilation augmente. Les recherches suggèrent que lorsque les méthodologies des études sont prises en compte, les taux d’automutilation n’ont pas augmenté avec le temps.

Mythe 5 : les médias sociaux contribuent à l’automutilation

Internet et les médias sociaux sont très pertinents pour de nombreuses personnes qui s’automutilent, car ils offrent un moyen d’obtenir du soutien social, de partager leurs expériences avec d’autres personnes qui ont vécu des expériences similaires et d’obtenir des ressources axées sur l’adaptation et le rétablissement (par exemple, des histoires sur les expériences d’autres personnes). Cela n’est pas surprenant étant donné la stigmatisation associée à l’automutilation, ce qui fait que de nombreuses personnes qui s’automutilent se sentent isolées des autres.

Malgré ces avantages, il y a des préoccupations au sujet du matériel en ligne, y compris les images et les vidéos illustrant l’automutilation, qui peuvent inciter les gens à s’automutiler. Bien que peu d’études l’examinent explicitement, il existe des preuves que l’imagerie graphique est associée à l’automutilation. Cependant, les images de cicatrices peuvent ne pas être aussi déclenchent.

On s’inquiète aussi de l’exposition à des messages qui véhiculent des thèmes désespérés (par exemple,  il est impossible d’arrêter de se blesser soi-même), qui peuvent contribuer à l’automutilation continue et empêcher de chercher de l’aide. Mais en même temps, l’exposition à des messages plus positifs peut offrir un espoir de rétablissement.

Favoriser la compréhension

L’automutilation est un comportement courant auquel se livre un large éventail de personnes. Étant donné son association avec les difficultés psychologiques et le risque de suicide, il est essentiel que l’automutilation soit prise au sérieux et ne soit pas rejetée ou négligée.

Les personnes qui s’automutilent ont besoin de savoir qu’il n’y a pas de mal à demander de l’aide (à leurs amis, à leur famille et aux professionnels de la santé) et que les gens peuvent se rétablir et le font.

Pour quiconque connaît quelqu’un qui s’automutile, il est important de répondre à cette personne sans porter de jugement et avec compassion. Le simple fait de savoir qu’il y a quelqu’un qui vous soutient et qui est prêt à vous écouter peut faire une grande différence pour une personne qui s’automutile.

Votre enfant est en souffrance ou vous êtes dans une état insupportable et vous cherchez des solutions à vos soucis, donc n’hésitez pas de nous contacter à tout moment par téléphone ou remplir le formulaire de contact, pour vous proposer un bon professionnel.